Une chronique à lire debout – Octobre 2020

Par le docteur Yannick Guillodo

Edito.

L’homo sapiens doit-il craindre pour sa survie ? L’homo sapiens apparu en Afrique il y a environ 150 000 ans pourrait-il disparaitre comme plus de 500 000 espèces d’êtres vivants ? Outre son nombre (10 milliards d’humains sur la terre dans 20 à 30 ans), le réchauffement climatique, la concentration de gaz à effet de serre, l’homo sapiens doit affronter un nouvel ennemi : son mode de vie sédentaire.

L’homo sapiens est devenu homo sedentaritus. L’homo sedentaritus apparait au début du 21ème siècle c’est-à-dire avec la nouvelle ère du numérique qui a totalement bouleversé notre vie comme aucune évolution industrielle, auparavant. D’après cette récente étude, au niveau mondial, plus de 80 % des adolescents scolarisés, 85 % des filles et 78 % des garçons, ne respectent pas la recommandation actuelle de santé publique, qui est de faire au moins une heure d’activité physique par jour. On peut être inquiet.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Le saviez-vous ?
On ne vit que 3 minutes sans oxygène, 2 jours sans eau et 30 jours sans manger.

Activité physique et santé

La meilleure nourriture du cerveau. Il n’y a pas que les mots croisés et autres jeux de mémoires qui améliorent les capacités cérébrales. L’activité physique (AP) a un impact indiscutable sur l’anatomie du cerveau. Le cerveau humain est plastique, il peut donc présenter des changements structurels et fonctionnels en réponse à un environnement tel que l’AP. Cette étude montre qu’un vaste réseau d’aires cérébrales, égal à 82% du volume total de matière grise, est associé à l’AP.

Cette découverte a des implications importantes puisque l’AP peut servir à des fins éducatives chez les enfants, à l’amélioration des capacités cognitives du cerveau humain telles que l’apprentissage ou la mémoire, et à la prévention des détériorations cérébrales liées à l’âge, bref toute la vie.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Sport

Sportifs, soyez vigilants face aux compléments alimentaires. Le dispositif national de nutrivigilance, piloté par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) insiste sur la nécessité de prendre conseils auprès d’un professionnel de santé avant de consommer des compléments alimentaires destinés aux sportifs.

Ces compléments alimentaires en vente libre, outre leurs bénéfices incertains, peuvent entrainer des risques pour la santé. Les nombreuses substances entrant dans leur composition sont souvent présentées comme ayant la capacité d’augmenter la masse musculaire (protéines, acides aminés, métabolites, etc.) ou de réduire la masse grasse (L-carnitine, choline, extraits de plantes, etc.). Certains excès peuvent entrainer des risques notamment au niveau de la fonction rénale. Mais on retrouve aussi de nombreuses molécules interdites qui sont « incontrôlables » au niveau médical.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Pour finir

Vous vous réveillez de mauvaise humeur, vous serez coléreux dans l’après-midi. Selon cette étude, les mauvaises qualité et quantité de sommeil amplifient la colère, en montrant que la perte de sommeil amplifie cet état coléreux à la fois au laboratoire (étude médicale) et dans la vie quotidienne, avec comme médiateurs à court terme, la somnolence subjective et à moyen terme, le stress. Une bonne journée se prépare par une bonne nuit et inversement.

Pour aller plus loin : cliquez ici

Application

Contact

17, boulevard Saint-Martin
75003 PARIS

Tél : 01 49 96 98 98

SUIVEZ-NOUS :