Édito – Confinement, télétravail et sédentarité : danger

Par le docteur Yannick Guillodo

Edito.

Le télétravail est-il néfaste pour la santé ? Voici quelques éléments de réponse par rapport aux deux facteurs de risque pour la santé que sont l’inactivité physique et la sédentarité :

1. Inactivité physique : selon l’enquête CoviPrev (1), près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré une diminution de leur activité physique lors du confinement. Près de 6 personnes sur 10 ont fait moins de 30 minutes par jour d’activité physique pendant cette période.

2. Sédentarité : on savait depuis l’enquête Esteban (2) que les français étaient de plus en plus addicts à la chaise puisque, entre 2006 et 2015, ils étaient passés de 3 h 10 à 5 H 07 de temps quotidien assis devant un écran (uniquement pour le temps de loisir). Cette forte progression en moins de 10 ans s’aggrave avec le confinement puisque 61% des personnes interrogées ont déclaré une augmentation du temps passé assis.

Donc l’inactivité physique (pratiquer moins de 30 minutes d’activité physique par jour) et la sédentarité (rester plus de 7 à 8 heures assis par jour) augmentent en condition de confinement et de télétravail. Mais comment en serait-il autrement ? On savait, bien avant le confinement, que le travail (et non le travail à domicile) était une source d’activité physique (3).

Il faut donc impérativement lutter quotidiennement contre ces deux facteurs de risque ; nous excluons ici les autres facteurs de risque éventuellement induits par le confinement (les troubles alimentaires, les troubles sociaux, etc.). On sait que cette pandémie (Covid 19) a modifié le comportement des sujets rapport à leur santé, les incitant à plus d’attention pour la prévention. Pour protéger son capital santé, le bon moment, c’est maintenant.

Plan d’action et moyens de réalisation :

1. Lutter contre la sédentarité : c’est l’objectif prioritaire. Il faut se lever de la chaise toutes les 30 minutes : simple levé pour rompre la sédentarité ou plus, en marchant 1 à 2 minutes, dans la pièce (4). Conseils : disperser les éléments indispensables à votre travail pour vous obliger à vous lever ; interdiction de téléphoner assis (le téléphone est mobile, pourquoi pas vous ?) ; aller boire régulièrement un verre d’eau dans une autre pièce …

2. Lutter contre l’inactivité physique : il faut pratiquer au moins 30 minutes quotidiennes d’activité physique douce à modérée (marche ou tout autre activité à condition que ce soit tous les jours). Que l’on peut remplacer par, au moins, 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue (activité sportive) ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue (les coachs Wellness sont à votre disposition).

  • 1) cliquez ici
  • 2) : cliquez ici
  • 3)Thèse doctorat en médecine, Université de Bretagne Occidentale, 2016, Léa Lucas : réduction de l’inactivité physique par l’utilisation de l’application smartphone « Bouge » : répartition des efforts entre vie professionnelle et vie personnelle et évaluation des conséquences sur la qualité de vie.
  • 4) Yates T, Henson J, Edwardson C, et al. Objectively measured sedentary time and associations with insulin sensitivity : importance of reallocating sedentary time to physical activity. Prev Med 2015; 76: 79- 83.

Application

Contact

17, boulevard Saint-Martin
75003 PARIS

Tél : 01 49 96 98 98

SUIVEZ-NOUS :